Journée baroncellienne 2018
A- A A+

Discours de M. Le Maire, Roland CHASSAIN,
prononcé lors de la Journée Baroncellienne du 26 mai 2018


Mesdames et Messieurs les élus,
Sa majesté la Reine d’Arles et ses demoiselles d’honneur,
Mesdames et Messieurs AUBANEL, Béranger, Réginald, leurs enfants,
Monsieur le Capitaine et les membres de la Nacioun Gardiano,
Monsieur le Capitaine de la Confrérie des Gardians, et représentants des gardians,
Mesdames et messieurs les félibres et mainteneurs,
Monsieur le président et les membres de la Confrérie des Saintes Maries,
Monsieur le curé, Père Jean-Rémi FALCIOLA, et messieurs les aumôniers,
Mesdames et messieurs les membres du Comité d’Organisation des Fêtes Saintoises,
Mesdames et messieurs les membres du groupe Marquis de Baroncelli, du groupe Mantenènço et l’ensemble des Arlésiennes et Mireilles,
Madame la présidente de l’Association Saintoise des Gitans et Amis,
Mesdames et messieurs les présidents d’associations,
Gens de bouvine et de traditions,
Chers Amis,
 
C’est ici que le Marquis Folco de Baroncelli repose, depuis le 21 juillet 1951 précisément, lorsque ces cendres ont été ramenées d’Avignon. Ici, entre mer et paluns, à l’emplacement même du mas du Simbèu où il vécut, et des cabanes qui abritèrent ensuite sa famille, il vécut sa passion, sur cette terre qu’il aimait tant et à laquelle il a donné tant d’énergie.
 
Notre présence ici, tous les 26 mai, après deux jours de pèlerinage intenses, traduit la reconnaissance et le respect que nous lui portons, pour tout ce qu’il a apporté à la Camargue, aux Saintes, aux Saintois, toujours profondément ancré dans la tradition, la bouvine et notre si précieux patrimoine. Après la ferrade de ce matin au Bouvau « Henry Aubanel » et l’abrivado, prenons le temps de nous recueillir en sa mémoire.
 
Marquis,
 
Votre famille, vos amis, les gardians, le peuple Gitan, les mainteneurs des traditions se font un devoir d’être présents le 26 mai.
Votre œuvre et votre engagement restent un modèle pour les nouvelles générations.
Notre devoir est de transmettre cet héritage culturel à nos enfants pour assurer à la Camargue son authenticité et sa grandeur.
En votre mémoire, et particulièrement en cette Journée Baroncellienne, en présence de la Nacioun Gardiano qui perpétue votre idéal, nous portons haut les couleurs de la Camargue. 
 
Merci, cher Folco de Baroncelli, pour votre engagement, votre travail, votre dévouement, votre altruisme, votre passion et la richesse culturelle que vous avez transmis à tous ceux qui ont la « Fe di Tradicioun » et la « Fe di Biòu ».
 
Nous associerons le souvenir des « mantenaires » qui nous ont quittés et qui ont su, comme vous, perpétuer leur passion et leur amour pour notre culture.
Votre petit-fils est de ceux-là. Pierre AUBANEL nous a quittés en effet, brusquement, trop tôt...
 
Les Saintes et la Camargue ont été endeuillées par la perte subite de Pierrot. Fils d’Henry et de Riquette AUBANEL, la fille du Marquis, Pierre était l’héritier de la lignée prestigieuse qui a fait briller « la Fé di Tradicioun » et « la fé di biòu ». Il a su maintenir toute sa vie, haut et fort les traditions de bouvine et de roussatine.
Dans la lignée de son père qui fut Capitaine de la Nacioun Gardiano pendant 36 ans, Pierre AUBANEL attachait la plus haute importance à la défense de la « lengo nostro ».
Son cœur était aux Saintes, terre d’accueil et il se plaisait à dire que les trois pointes de son trident culturel représentaient le Cailar, Saint Gilles et les Saintes, ces territoires qui lui étaient chers.
Citoyen d’Honneur des Saintes, il était l’ambassadeur de notre Camargue qu’il faisait connaître et aimer à travers ses conférences et projections. Grand manadier, conteur hors pair et photographe de talent, il a su remarquablement figer les moments magiques de nos paysages camarguais et les transporter en Europe et même aux Etats-Unis. Ils resteront à jamais gravés comme le souvenir et la trace indélébiles de son passage sur terre.
Pierre s’en est allé retrouver son grand père, ses parents, ses nombreux et fidèles amis de bouvine et de traditions, laissant en deuil la devise rouge et blanche de la Manade Baroncelli-Santenco et la devise azur et argent de la manade Aubanel.
Mais la relève est là. Pierre a su transmettre, particulièrement à ses fils Béranger et Réginald,
ainsi qu’au monde de la bouvine et des traditions, les valeurs baroncelliennes qui continueront
longtemps à animer le cœur des Camarguais.
 
Je vous remercie.
 
Osco et longo maï !
 
Vive le Languedoc,
 
Vive la Provence,
Vive la Camargue,
Et vive les Saintes !