Le budget
A- A A+

Les principales données financières du budget de la Commune des Saintes Maries de la Mer

Le budget
Fonctionnement et investissement structurent le budget de la collectivité. D'un côté, la gestion des affaires courantes (ou budget de fonctionnement), incluant notamment le versement des salaires des agents de la ville ; de l'autre, le budget d'investissement qui a vocation à préparer l'avenir (dépenses d'équipement).

Budget Investissement 2022

  • en dépenses : le remboursement de la dette et les dépenses d’équipement de la collectivité (travaux, achats de biens structurants et d'immeubles, réfections de voiries...) ;
Le saviez-vous??
Par habitant, la Ville des Saintes Maries de la Mer est celle qui, dans notre région*, investit le plus pour l'avenir...2075€/an et par habitant.
En volume (montant global de 4 080 950,28€), elle est la 7ème collectivité locale à investir le plus, juste derrière le Grau du Roi mais devant Saint Rémy de Provence.
* comparatif réalisé sur les 29 communes du Pays d'Arles, plus les communes du Gard de Saint Gilles, Grau du Roi, Aigues Mortes, Bellegarde et Fourques.

 
  • en recettes : les emprunts (dettes), les dotations et subventions de l’État. On y trouve aussi une recette d’un genre particulier, l’autofinancement, qui correspond en réalité au solde excédentaire de la section de fonctionnement.

Budget Fonctionnement 2022

  • toutes les dépenses nécessaires au fonctionnement de la collectivité (charges à caractère général, de personnel, de gestion courante, intérêts de la dette, dotations aux amortissements, provisions) ;
Le saviez-vous??

En 1995 la Ville était pratiquemment en cessation de paiement (menace de tutelle préfectorale), sa dette colossale.
En 2000, la Ville consacrait  2 158 150 € pour rembourser sa dette. En 2021, elle versait 255 520 €.
Si toutes les dépenses d'investissement étaient consacrées au remboursement de la dette, il faudrait 1,5 an à la Ville pour la rembourser.





  • toutes les recettes que la collectivité peut percevoir des transferts de charges, de prestations de services, des dotations de l’État, des impôts et taxes et, éventuellement, des reprises sur provisions et amortissements que la collectivité a pu effectuer. Il s’agit notamment du produit des quatre grands impôts directs locaux, de la dotation globale de fonctionnement (DGF) et de la dotation générale de décentralisation.
  • Les taux des impôts locaux n'ont jamais augmenté depuis 25 ans.