Arrêté concernant les tenues religieuses sur les plages
A- A A+


ARRETE TENUE CORRECTE SUR LES PLAGES ET LA BAIGNADE


Cet été, la question du « Burkini » enflamme les esprits. 

Les plages, comme tout espace public, doivent être préservées des revendications religieuses.

Certains cherchent à présenter celles qui le portent comme des victimes, comme si nous mettions en cause une liberté.

Mais ce n’est pas une liberté que d’asservir la femme. Ce n’est pas compatible avec les valeurs de la France et de la République.

Face aux provocations, la République doit se défendre.

Nous devons construire un Islam de France compatible avec nos valeurs, nos libertés, l’égalité homme-femme, comme d’autres religions l’ont fait, acceptant la discrétion dans la manifestation des convictions religieuses.

La laïcité, ce n’est pas la négation des religions.

C’est protéger la liberté de chacun de croire, mais aussi de ne pas croire.

Dans ces moments de tensions, nous avons tous le réflexe de chercher des solutions et d’éviter des troubles à l’ordre public.

Les arrêtés « contre le Burkini » sont motivés par la volonté d’encourager le vivre ensemble sans arrière-pensée politique.

Pour éviter tout amalgame, nous devons faire respecter la loi, comme celle sur la burka.

Si le texte, voté largement par l’Assemblée nationale n’est pas appliqué, les citoyens perdent confiance dans la capacité de l’Etat à faire vivre nos valeurs.

Au niveau de la sécurité, le « Burkini » entraîne également une gêne pour les services de secours et surveillants de baignade en cas de sauvetage ou de noyade, par le gonflement des vêtements dans l’eau.

Le « burkini » amène un non-respect de l’hygiène.

Sur les plages Est et Ouest des Saintes Maries, nous avons été confrontés à des personnes ou des groupes de villes voisines qui voulaient privatiser des espaces de plages. 

Pour assurer l'ordre public, l’accès aux plages et à la baignade sur la Commune des Saintes Maries de la Mer sont interdits jusqu'au 16 octobre 2016, à toute personne n'ayant pas une tenue correcte, respectueuse des bonnes mœurs et de la laïcité, respectant les règles d'hygiène et de sécurité des baignades adaptées au domaine public maritime…. le temps que la mode passe !
 

Le Maire,
Roland CHASSAIN